Belladere continue à prendre des précautions

Belladere continue à prendre des précautions

Si la République Dominicaine a recensé un nombre considérable de cas de Covid-19, Haïti de son côté fait partie des pays qui ont mieux géré la pandémie. Ainsi, dans la ville de Belladere, la population continue de pratiquer les mesures de précaution pour le contre carré malgré le va-et-vient dans la frontière haitiano-dominicaine.

Jeudi 19 mars 2020, le président de la République d’Haïti Jovenel Moise a annoncé les deux premiers cas du coronavirus sur le territoire haïtien. Des mesures ont été prises pour réduire le risque de propagation dans tout le pays. En effet, l’administration a décidé de verrouiller le territoire national avec la suspension dès le vendredi 20 mars 2020 de tous les vols commerciaux et la fermeture des ports et la frontière terrestre. Des institutions ont fermé leurs portes jusqu’à nouvel ordre. Les activités dans : les universités, les centres de formation, les écoles ainsi que dans les usines ont cessés sous la demande du président de la République.

Depuis l’apparition des premiers cas,  8151 cas ont été recensés dans le pays, 5743 guérisons et plus de 200 décès Au regard de ces chiffres, Haïti est classée parmi les trois pays qui ont le mieux géré la pandémie dans le monde. Ce résultat a été possible grâce à des mesures prises par le pouvoir en place et par le recours de la majorité de la population haïtienne à la médecine traditionnelle, reconnue pour son efficacité.

Avec la réouverture des entreprises dans le pays, le Covid-19 est presque « derrière nous ». La population reprend doucement ses activités. Cependant, les mesures de précaution sont toujours de rigueur. C’est ainsi, dans la ville des Belladere, certaines écoles obligent les élèves à se laver les mains et à porter le masque à l’intérieur des établissements, etc.

Dans certains secteurs de la vie communale, à titre d’exemple, le petit commerce informel, les mesures de protection et de précaution contre la pandémie ne sont pas prises en compte. Cette frange de la population ne respecte pas le port du masque ni la distanciation sociale. Néanmoins, le recours à la médecine traditionnelle reste le choix idéal pour une grande partie de la population.

Kenson Cyle, communicateur social et Juriste